Quels sont les KPI de l’emailing

par Didier

L’envoi des newsletters ou la mise en place d’autres campagnes emailing est une innovation très importante pour la prospérité d’une entreprise. Cependant, de nombreux facteurs peuvent affecter l’effectivité de la transmission des emailings aux lecteurs et donc porter atteinte à la réputation de votre enseigne. C’est pourquoi il semble indispensable de mettre en place un mécanisme de suivi régulier afin de s’informer de l’efficacité des actions entreprises. Encore que l’envoi des newsletters ne suffise pas à lui seul pour susciter l’intérêt de vos destinataires. 

Découvrez alors dans cet article les principaux indicateurs de performance (KPI) qui vous permettront de mieux suivre vos campagnes emailings. 

Le taux de rebond 

Avant tout, il est important de rappeler que le taux de rebond sur vos campagnes emailings se distingue de celui de rebond de Google Analytics. Il s’agit donc de deux concepts à ne pas confondre. En effet, le taux de rebond ici renvoie aux emailings n’ayant pas pu être envoyés (sur le nombre total d’envois) à cause d’une défaillance. C’est donc un indicateur très fiable. Puisque plus ce dernier sera élevé, moins vous atteindrez de contacts. 

La gestion efficace de cette situation nécessite une certaine culture sur le sujet. L’objectif serait donc d’avoir le taux de rebond le plus faible possible. Vous pouvez en apprendre plus sur ce sujet sur le site Culture Remains. Ainsi, vous pouvez être certain que la grande partie des emails envoyés a atterri dans la boite de réception de vos cibles. 

Le taux de dérivabilité

Le taux de dérivabilité est au centre de tous les KPI pour l’évaluation des actions de votre entreprise en emailing. En dépit du manque de précision, c’est un indice qui vous permet d’avoir une idée du nombre de newsletters qui ont été reçus par les lecteurs. Il permet également d’analyser l’efficacité des envois. C’est préférable de ne pas se trouver en dessous de 95 % de dérivabilité. Gardez également à l’esprit qu’un faible taux de dérivabilité implique que la base de données de votre entreprise est défaillante. De plus, il existe plusieurs pratiques que vous pouvez mettre en œuvre pour optimiser la dérivabilité de vos newsletters. 

Le taux de mails spam 

Le nombre de mails déclarés comme spam est un indice qui vous permet d’avoir une idée sur les plaintes de vos lecteurs. Ce KPI occupe une place incontournable dans l’analyse de vos performances. Si vous remarquez qu’une bonne partie de vos contacts déclare vos newsletters comme des spams, sachez que les politiques de campagnes emailing sont à revoir. Vous devez initier des actions qui vous permettront d’atteindre un taux zéro plainte. Puisque chaque fois qu’un lecteur déclare votre email comme indésirable, cela suffit pour discréditer votre domaine d’envoi et donc ternir l’image de votre entreprise. 

Si le problème n’est pas vite résolu, la plupart de vos emailings risquent de tomber directement dans les boites Spam de vos clients. Pour réduire le taux des plaintes, il faut limiter la pression marketing. Évitez de harceler vos contacts avec plusieurs mails par jour. Vous pouvez également utiliser l’option double opt-in. L’objectif est de permettre à ceux qui se sont abonnés par erreur de se retirer facilement. C’est notamment ces derniers qui renvoient les mails de marketing dans la boite des courriers indésirables. Cette astuce vous permettra de filtrer les abonnés. 

Le taux d’ouverture 

Le taux d’ouverture est l’un des principaux indicateurs de performance les plus connus en matière de marketing. Le premier avantage de cet indice vous permet de savoir si vos newsletters sont couvertes par vos contacts. Un taux de emailings couverts élevés signifie que vos campagnes marketing sont en bonne voie. Cette statistique dépend principalement de l’objet de mail, de l’expéditeur et de l’entête du mail. Il semble donc indispensable d’optimiser chacun de ces facteurs. Compte tenu de la spécificité de leur rôle, il ne serait pas une bonne idée de privilégier l’un au détriment des autres. Vous devez donc travailler l’objet et optimiser le préheader. Ces derniers doivent être les plus attrayants possible afin de susciter l’intérêt du lecteur. Vous devez également éviter les adresses d’envoi noreply. Faites en sorte que les heures d’envoi soient régulières afin de créer une certaine constance dans la réception des emailings chez les lecteurs. 

Le taux de clic 

Le taux de clic vous permet d’évaluer la pertinence de vos emailings vis-à-vis de vos contacts. Ce principal indicateur de performance aide à savoir si les contenus que vous avez publiés dans vos mails ont été cliqués par les destinataires. C’est pourquoi il est important d’optimiser le taux de couverture. De plus, vous devez personnaliser les messages que vous expédiez. L’insertion des liens doit suivre une certaine cohérence par rapport au contenu du mail. Le lien doit être assez visible pour le lecteur. Il est très pratique de mettre en place un bouton CTA afin d’amener les destinataires des emailings à cliquer sur les contenus proposés.

Le taux de réactivité 

À l’instar du taux de clic, celui de réactivité est un indice qui détermine l’intérêt que portent les destinataires à une campagne emailing. La particularité de ce KPI est qu’il indique le nombre de lecteurs ayant ouvert et cliqué les contenus de vos emailings. Si vous remarquez que le taux de réactivité est faible, cela peut vouloir dire que vous n’avez pas touché la bonne cible. Vous devez alors segmenter vos destinataires afin de leur proposer des contenus en fonction de leurs centres d’intérêt. 

Comme pour le taux de clic, pour améliorer votre taux de réactivité, vous devez personnaliser les emailings que vous envoyez à vos contacts et insérer des liens assez visibles et cohérents dans vos messages de marketing. Le bouton d’incitation à l’action reste également un facteur très déterminant dans ce cas. 

Le taux de désabonnement 

Le taux de désabonnement rejoint pratiquement celui de plainte ou de spam. Sauf qu’ici, au lieu de déclarer le mail indésirable, le lecteur préfère se désabonner. Le nombre de contacts désabonnés permet de savoir si vos campagnes sont pertinentes ou non. Lorsque vous ne vous adressez pas à la bonne cible, vous pouvez également enregistrer de nombreuses désinscriptions en dépit des performances de vos emailings. Tout compte fait, vous devez essayer de comprendre les raisons qui poussent vos contacts à se désintéresser de vos contenus de marketing. Il peut s’agir d’une perte d’intérêt ou d’une technique de marketing trop forte ou ennuyeuse. 

Lorsque vous changez de centre d’intérêt de façon soudaine aussi, cela peut créer des confusions auprès des lecteurs. Pour garder vos abonnés, vous devez cibler les bons destinataires, réguler les heures d’envoi et publier des contenus qui sont en lien avec vos thèmes habituels. Même si vous souhaitez intégrer de nouvelles thématiques, vous devez le faire progressivement. 

Le taux de conversion 

Le taux de conversion ne s’adapte pas à tous les cas de campagnes emailing, puisqu’elles n’ont pas toujours les mêmes objectifs. Tandis que certaines sont destinées à générer des conversions, d’autres sont appliquées pour booster les ventes et multiplier les chiffres d’affaires. La conversion ici ne peut être considérée comme un indice fiable que lorsqu’elle fait l’objet d’une campagne. Définie comme une action validée par un abonné et qui répond aux attentes de l’entreprise, la conversion peut être déclenchée de diverses manières. Il peut s’agir d’une participation à un évènement en ligne, un formulaire d’inscription, un achat, un devis, etc. La conversion peut aussi être due à un article qui a été lu un nombre important de fois.

Related Posts

Leave a Comment